Hortefeux: une garde à vue de quatre jours pour les crimes sexuels?

Article de source AFP, publié sur Libération.fr le 08 octobre 2009


Le ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux a indiqué, ce jeudi sur RTL, qu’une «réflexion est en cours» sur le prolongement à quatre jours, au lieu de 48 heures maximum, de la garde à vue pour les affaires de crimes sexuels, ajoutant qu’«aucune décision n’est prise».


Il a également souhaité qu’il «n’y ait pas» de libération conditionnelle automatique ni de remise de peine pour les criminels sexuels sans un «examen» de leur cas et qu’elles soient accompagnées de mesures de suivi.


Au lendemain des obsèques de Marie-Christine Hodeau, enlevée près de Milly-la-Forêt (Essonne) et tuée le 28 septembre dernier par un récidiviste, le ministre de l’Intérieur a estimé qu’il fallait «s’interroger sur les réductions de peine et les mesures de libération conditionnelle pour les criminels sexuels».


«Il faut comprendre le sentiment de [cette] famille, qui voit un de ses membres assassinés par un criminel sexuel qui aurait dû effectuer 11 ans [de prison] et qui est sorti au bout de 7» années, a-t-il plaidé.


Avant d’accorder des réductions de peine et des mesures de libération conditionnelle, «il doit y avoir un examen individuel approfondi» de l’intéressé, a ajouté le ministre. Il ne doit «pas» y avoir «de remise en liberté automatique, systématique», a-t-il insisté.


En outre, de telles libérations devraient être assorties de «mesures de contrôle, de suivi, de surveillance coordonnées, a-t-il dit. Elles pourraient aussi passer par une obligation de soins, la castration chimique, l’éloignement des victimes.»

source : Libération.fr
Partagez :